Mercato : Belfodil, 25 ans et est déjà à son 8′ club professionnel

Ishak Belfodil, débute une nouvelle aventure dans sa carrière footballistique en intégrant les rangs de la formation allemande de Werder Brême, pour laquelle il s’est engagé en fin de semaine passée à titre de prêt, soit son huitième club dans son parcours professionnel, alors qu’il n’a que 25 ans.

Lire aussi  Mercato : Rachid Ghezzal vers l'AS Monaco

Du coup, Belfodil reste fidèle à sa réputation de joueur ‘‘globe-trotter’’, traduisant une instabilité chronique qui est en train tout simplement de lui jouer un mauvais tour, estiment les observateurs.

Belfodil grandit tout d’abord en Algérie, à Mostaganem, jusqu’à ses sept ans puis s’installe en France, à Elancourt dans le quartier des Nouveaux horizons.

Il suit une formation à l’OSC Elancourt puis au Trappes FC. Il passe par les centres de formation du Paris Saint-Germain, puis joue à l’AC Boulogne-Billancourt et enfin au Clermont Foot 2.

Meilleur buteur des 16 ans nationaux avec treize buts inscrits sur les quinze de son équipe, il est repéré par Gérard Bonneau et Rémi Garde. Il signe alors à l’O Lyon le 12 novembre 2008 un contrat de jeune d’une durée de quatre ans. Durant la saison 2008-09, il joue avec l’équipe des moins de 18 ans. En Coupe Gambardella, il atteint la demi-finale, joue six matches et marque sept buts.

Il intègre le groupe professionnel de l’Olympique lyonnais lors de la saison 2009-2010 et dispute son premier match officiel en Ligue 1 à l’âge de 17 ans et 8 mois, face à l’AJ Auxerre, le 22 août 2009. Trois jours plus tard, il entre en jeu en Ligue des champions, lors du match de barrages retour du 25 août 2009 contre Anderlecht. Lors de la 29e journée de Ligue 1, il remplace à la 84e minute de jeu, face à l’Olympique de Marseille. Le 20 août 2011, à l’occasion de la 3e journée de Ligue 1, il est titularisé par Rémi Garde.

 

Une instabilité qui l’écarte de la sélection algérienne

En janvier 2012, il est prêté pour six mois au FC Bologne, pensionnaire de la Série A italienne sans option d’achat. En Italie comme à Lyon, il joue peu, mais parvient néanmoins à séduire les dirigeants de Parme, club avec lequel il signe en juin 2012 pour 2,5 millions d’euros (hors bonus). Il commence la saison avec la confiance de son entraîneur et est souvent titularisé. Il marque son premier but en Série A le 2 septembre 2012 contre le Chievo Vérone d’un coup de tête qui frappe la barre transversale lors de la victoire 2-0 de son équipe.

Le 5 juillet 2013, il signe un contrat de cinq ans avec l’Inter Milan. En plus d’avoir consenti au départ de son attaquant Antonio Cassano vers Parme, l’Inter devrait débourser 10 millions d’euros pour le rachat de la copropriété de l’ancien Lyonnais.

En manque de temps de jeu, lors du mercato d’hiver 2014, Belfodil est prêté avec option d’achat jusqu’à la fin de la saison à l’AS Livourne, en Italie toujours. En 2014, il rejoint l’équipe de Parme. Le 6 mai 2015, il résilie son contrat à l’amiable, le club parmesan étant en grande difficulté financière. Le 27 juillet 2015, contre toute attente il signe aux Emirats arabes unis au Bani Yas. Il n’y va rester que l’espace d’une saison,  pour atterrir par la suite au Standard de Liège à la fin d’août 2016. Là aussi, il ne va rester qu’un seul exercice avant de poser bagages à Werder Brême, club de la Bundesliga. L’Allemagne devient alors le cinquième pays où il va monnayer son talent.

Les spécialistes sont unanimes à regretter ce changement de clubs fréquent du longiligne attaquant (1,92 m), estimant qu’il aurait réussi un meilleur parcours sur le plan personnel s’il avait prôné une certaine stabilité. En tout cas, cette instabilité s’est déjà répercutée sur la carrière internationale du joueur, qui ne compte que 14 sélections avec l’équipe nationale algérienne où il n’est plus convoqué depuis près de deux années.

 

APS


 
Lire aussi  EN A : Ishak Belfodil convoqué
 

Mahrez, "On a pas été à la hauteur !"

 
 

Recommandés pour vous :