EN A : Madjer répond à la polémique - FAF News

Rabah Madjer répond à la polémique

L’entraîneur de la sélection algérienne de football Rabah Madjer a récemment répondu à la polémique qu’il avait déclenché lors de la conférence de presse d’après-match d’Algérie Centrafrique.

Lire aussi  EN A : "L'Algérie a été assommé !"
« En vérité, il ne faut pas se tromper. Ce qu’il s’est passé à la conférence de presse, ce n’est pas vraiment le fond du problème. D’ailleurs, elle s’est très bien déroulée dans l’ensemble. Et chacun a pu poser ses questions… Je vous le répète, on essaye de vous tromper. », a indiqué Rabah Madjer lors d’une interview pour France Football.


« Ce journaliste, il me taille depuis toujours »

« Ce journaliste de la chaîne 3 (NDLR : une radio nationale), il me taille depuis toujours. Il m’attaque, il profite de son titre. Il y a deux jours, il était sur une chaîne de télé privée. Il m’a taillé, incroyable mais vrai : je ne suis pas un entraîneur, on n’a pas d’équipe nationale, on n’a pas de moyens etc… D’habitude, je ne dis rien. Mais ce coup-ci, j’avais mon capitaine Riyad Mahrez à mes côtés. Il lui a posé une question provocatrice mais qui me visait en réalité. Il a dque son niveau avait baissé, sous-entendant que je n’étais pas un bon entraîneur. On venait de gagner 3-0…« , a déclaré Madjer.

« Je ne lui ai pas manqué de respect. Je lui ai notifié qu’il était l’ennemi de l’équipe nationale, et lui ai demandé de se taire. Je le redis avec force et vigueur : il y a quatre ou cinq consultants qui essaient de faire plaisir à des gens qui étaient là avant et qui sont partis (NDLR : l’ancien président de la FAF, Mohamed Raouraoua). C’est une question d’homme. Ils sont en train de manipuler l’opinion publique. Les supporters sont instrumentalisés et ont un comportement anormal. Ils sifflent leur équipe nationale à domicile. Cette pression médiatique est négative pour les joueurs, et mon rôle c’est de les protéger. », a t’il ajouté.
« Je n’ai jamais esquivé la presse algérienne« 
« Au contraire, je n’ai jamais esquivé la presse algérienne. Je n’ai jamais refusé d’interview et j’ai toujours accepté les critiques. Tout au long de ma carrière, j’ai été respectueux des médias, j’y ai moi-même travaillé. Mais, là, il fallait mettre les points sur les i et les barres sur les t. En dix jours, j’ai fait un travail extraordinaire. Ce malentendu n’a rien à voir. Pour moi, c’est du passé. J’ai tourné la page. Ce qui m’importe, c’est de faire le maximum désormais pour l’Algérie.« , a conclu le coach des fennecs.

 
Lire aussi  EN A - Ferhat : "Etre concurrent de Mahrez, Feghouli ou Ghezzal est un honneur, j'aime cette adversité"
 

Mahrez, "On a pas été à la hauteur !"

 
 

Recommandés pour vous :